L’Amour et la jalousie



La jalousie? Quelle jalousie? Moi jaloux ? Jamais, Jamais, la jalousie je ne connais même pas.

Bon, on arrête deux minutes SVP. Soyons sincère, au moins avec nous-mêmes, si nous ne voulons pas l’être avec les autres.

L’amour est accompagné d’une indiscutable sensation d’anxiété. Parce que le plus grand bien que nous avons réussi à atteindre peut nous échapper, peut s’évanouir.

Parce que nous savons que nous nous ne méritons pas son amour, et parce que cet amour nous apparaît comme un don, une grâce et nous craignons que l’aimé  ne puisse changer d’idée, redevenir celui qu’il était avant notre rencontre.

Nous sommes même sûrs des choses que nous pouvons expliquer et contrôler, sur lesquelles nous avons un pouvoir. Mais, nous ne connaissons pas l’être aimé, nous n’avons pas pouvoir sur lui.

Un instant, il nous paraît plus proche de nous que nous-mêmes et, l’instant d’après, une divinit  inaccessible.

Espoir et confiance, crainte et tremblement, ce sont les sentiments dominants de l’amour.

L’amour nous révèle en effet l’infinie complexité, l’infinie richesse de l’autre personne. Parce que nous percevons ce qu’elle a été, ce qu’elle aurait pu être, ce qu’elle est maintenant et ce qu’elle pourra devenir dans le futur. L’amour nous révèle les possibilités et, donc, le miracle d son existence et de notre rencontre.

Il arrive que, dans l’amour,  la jalousie stimule la volonté. Elle conduit celui qui aime à se battre pour son amour. La chose est possible s’il existe de l’espoir.

Si la jalousie s’installe au début de cet amour, cela signifie qu’en réalité l’un des deux n’est pas complètement épris. Qu’il est encore incertain, qu’il demande des preuves excessives, qu’il cherche à fuir.

SVP, soyez jaloux, mais modérément.